Incidents au Stade de France : pourquoi c'est d'abord un fiasco de l'organisation

© AFP

Deux jours après les débordements qui ont éclaté au Stade de France , une réunion ministérielle a lieu lundi matin au ministère des Sports. Le but est d'analyser les dysfonctionnements de l’organisation de la finale de la Ligue des champions  entre le Real Madrid et Liverpool. Selon l'éditorialiste Virginie Phulpin, il faut d'abord rechercher les causes de ces débordements et se pencher sur les défaillances de l'organisation , avant d'avoir le reflexe de pointer trop vite les supporters anglais comme principaux responsables des incidents.

 

>> Retrouvez l'édito sport tous les matins à 7h19 sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

 

Le reflexe de pointer les supporters

Il est plus utile d'analyser les dysfonctionnements plutôt que d’accuser les supporters anglais d’être la source de tous les maux. C’est presque un réflexe, en France, de pointer du doigt le comportement des supporters. Parfois à raison. On l’a encore vu dimanche soir à Saint-Étienne, avec l’envahissement de la pelouse et les jets de fumigènes à la tête des joueurs . C'est inacceptable et dangereux, mais quel est le rapport avec ce qui s’est passé au Stade de France ?

Cela n’est pas un fiasco des supporters, mais de l’organisation. Tous les témoignages concordent. Dès la sortie du RER, c’était n’importe quoi. Des goulots d’étranglement qui empêchent la foule d’avancer, des supporters avec billets empêchés de rentrer dans le stade, des gens sans billet qui escaladaient les grilles, des policiers fai...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles