Incidents au Stade de France: Marine Le Pen demande une enquête parlementaire

La finaliste de l'élection présidentielle déplore ce dimanche la gestion des incidents en marge de la finale de la Ligue des Champions samedi soir.

"Un sentiment d'humiliation." Alors que des débordements ont eu lieu en marge de la finale de la Ligue des Champions samedi soir au Stade de France, Marine Le Pen demande qu'une enquête parlementaire soit conduite "pour savoir comment se sont déroulées les choses" et "pour savoir si la réponse qui a été apportée a été la bonne".

"Nous sommes regardés par le monde entier et l’intégralité des capitales qui ont vu ça ont constaté que la France n’était plus en capacité d’organiser de grands événements sans que cela dégénère", ajoute-t-elle, tout en reportant la faute sur la "délinquance", devenue une habitude en France selon elle. "Le département de la Seine-Saint-Denis est hors de contrôle. [...] Cet effondrement rattrapera tout le monde."

Didier Lallement, "un homme brutal"

Alors que Gérald Darmanin a, de son côté, pointé du doigt la responsabilité des supporters anglais dans les débordements qui se sont produits au Stade de France, la candidate du Rassemblement national à la dernière élection présidentielle a, elle, fustigé le "déni" du gouvernement. "Que le ministre de l'Intérieur soit ainsi dans le déni est très inquiétant."

D'après elle, c'est la gestion des incidents qui doit plutôt être remise en question. Elle dénonce notamment la manière dont le préfet Didier Lallement a pris en main ces débordements.

"Le préfet Lallement est un homme brutal dans ses méthodes. Les Français doivent tirer les conséquences de ce qu'ils voient au quotidien", commente Marine Le Pen.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Football: les politiques s'emparent du fiasco au Stade de France

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles