Incidents à l'aéroport de Tunis : des députés islamistes protègent les fichés S

·1 min de lecture

Des députés du parti Karama, membres de la coalition au pouvoir, ont provoqué de violents incidents à l’aéroport de Carthage pour protéger une fichée S en partance pour la Turquie.

Habib Bourguiba doit se retourner dans sa tombe pour le 65e anniversaire de la république tunisienne qu’il a fondée le 20 mars 1956. Les islamistes, dont le leader Rached Ghannouchi, qui fut son pire ennemi, trône au perchoir du Parlement, protègent désormais ouvertement les suspects de terrorisme. Des députés du parti Karama, dont un représentant avait justifié l'assassinat de Samuel Paty, ont provoqué de vifs incidents à l’aéroport de Tunis.Une femme, fichée S, devait embarquer pour la Turquie mais les fonctionnaires de police lui avaient signifié son interdiction de vol. Ils s’appuyaient sur une circulaire limitant strictement les déplacements des fichés S. Les députés et leur leader Seifeddine Makhlouf, se sont rendus immédiatement à l’aéroport pour protester contre la décision et tenter de faire embarquer la passagère fichée.Makhlouf a posté une vidéo, reprise par le site " Business news ", dans laquelle il affirme " qu’il n’y a pas d’État et qu’en tant que député, il doit contrôler les institutions ". Insultant au passage le passeport tunisien et accusant les agents de pratiques dignes de la dictature de Ben Ali, il a menacé d’un sit-in à l’aéroport. Les faits ont pris de telles proportions que le Premier ministre Hichem Mechichi s’est rendu à son tour à l’aéroport pour soutenir les...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Incident au fond de la galaxie", d’Etgar Keret : un doux désespoir de déçus de la vie

Après les incidents du Capitole, les appels à démettre Trump de ses fonctions se multiplient