Incident sur un vol Air France à l'atterrissage : vers une responsabilité des pilotes

© Eric PIERMONT / AFP

L'enquête ouverte sur les causes de l'"incident grave", début avril, d'un Boeing 777 d'Air France en phase d'atterrissage à Roissy pointe vers une responsabilité des pilotes, selon un point sur les investigations diffusé mercredi par le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA). À l'approche de l'aéroport parisien le 4 avril, l'équipage du vol AF011 New York-Paris avait effectué une remise de gaz alors qu'il s'apprêtait à se poser. L'avion, avec à son bord 177 passagers et 15 membres d'équipage, avait finalement atterri sans encombre après une seconde approche.

L'analyse des boites noires semble écarter tout problème technique

"On a remis les gaz donc, problème de commandes de vol, l'avion a fait à peu près n'importe quoi", avait expliqué le pilote à la tour de contrôle, selon des extraits audio des échanges entre le cockpit et la tour mis en ligne sur internet. L'analyse des boîtes noires contenant l'enregistrement des données du vol (FDR) et des conversations dans le cockpit (CVR) semble écarter tout problème technique. "Aucune alarme de dysfonctionnement n'a été déclenchée lors de l'événement. Aucune anomalie n'a été constatée sur l'avion", affirme le BEA.

Toute l'action s'est déroulée en moins d'une minute, détaille le bureau d'enquêtes. Alors qu'il se trouvait à 340 mètres d'altitude, une perception différente de la situation entre le commandant de bord et le copilote les a poussés à interrompre la descente et à remettre les gaz. Cela ne semblait pas justifié car "jusq...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles