Incident frontalier entre Zambie et RDC : l'heure semble à l'apaisement

Jacques Deveaux

Les tensions se cristallisent dans le Haut-Katanga et le Tanganyika, en République démocratique du Congo (RDC). "Les Zambiens manifestent des velléités d’annexion d’une partie de notre territoire", a même déclaré Gilbert Kankonde, vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières lors d'un conseil des ministres de la RDC le vendredi 8 mai.

En fait, courant mars, des affrontements ont opposé les forces navales et terrestres des deux pays sur le lac Tanganyika et sa rive. Nous sommes à l'extrémité sud-ouest du lac, où les deux pays se partagent ses eaux poissonneuses, autour de la localité de Moliro en RDC. Et c'est une affaire de pêche qui est la source du conflit.

Des pêcheurs congolais ont choisi de jeter leurs filets sans autorisation dans les eaux de la Zambie. L’armée zambienne les aurait pourchassés allant jusqu'à occuper un village en territoire congolais. Une occupation qui a provoqué des escarmouches entre les deux armées, faisant au moins deux morts le 15 mars, et qui s'est achevée par le bombardement de plusieurs villages congolais par l'aviation zambienne.

Une annexion ?

Conséquence, la population a fui les combats, se réfugiant en forêt. Et depuis, les esprits s'échauffent côté congolais. "Nous sommes appelés par le cri de détresse de la population dans le groupement de Moliro, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi