Inceste - Le témoignage glaçant d'Eva Darlan : "Ma mère n'a pas pu intervenir"

·1 min de lecture

Depuis la parution du livre La Familia grande de Camille Kouchner au début du mois, et dans lequel elle révèle que son beau-père Olivier Duhamel aurait abusé sexuellement de son frère jumeau Victor dans les années 80, les langues ne cessent de se délier. Comme repéré par nos confrères de Télé Loisirs dans Ciné Télé Revue, c'est cette fois Eva Darlan qui a décidé de sortir de son silence.

La comédienne qui n'avait pas hésité pour dénoncer les violences faites aux femmes dit avoir été "victime de l'exercice du pouvoir" de son père et de ses frères pendant son enfance et une partie de son adolescence. "On me coinçait dans les couloirs, on me tripotait partout. Mon père me prenait sur ses genoux, ses mains se baladaient..." raconte-t-elle, n'hésitant plus à parler de son "malaise". "Quand mon père rentrait le soir, c'était un ogre", précise-t-elle.

Ces moments horribles qui se sont déroulés dans les années 50, elle a dû les garder pour elle, de peur qu'on ne l'écoute pas. "Ma mère n'a pas pu intervenir parce qu'elle a été abusée enfant et qu'elle était dans une sorte de déni de protection pour elle. Je ne lui en veux pas," admet-elle.

Comment se construire quand on a vécu de tels actes, et surtout, comment appréhender son corps ? "Mon corps, je l'ai toujours en horreur, c'est un lieu sale. Cela a détruit ma confiance en moi de manière définitive," regrette Eva Darlan. Plus de 60 ans après les faits, celle qui avait pleuré la mort de Jacqueline Sauvage doit toujours composer avec ses (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDEO - Hélène Darroze, cheffe 3 étoiles, ne se verse pas de salaire sur son restaurant parisien
Gérard Depardieu, un grand-père qui "n'a pas de limites" : sa fille Julie s'en amuse
Le Pr Pialoux a la dent dure après les critiques : « ce n’est pas nous qui dictons le calendrier »
Gabriel Attal roi de la punchline : « Ce n’est pas le gouvernement qui fait la une du JDD »
Donald et Melania Trump, chats noirs de Mar-a-Lago : « Beaucoup de gens ont discrètement quitté le club »