Inceste : comment "tout est devenu compliqué" pour les enfants victimes après l'affaire d'Outreau

Pierre-Louis Caron
·1 min de lecture

Il y a eu un avant et un après 'Outreau', c'est indéniable." Lucille Rouet, juge des enfants à Paris, est formelle : cette affaire d'agressions sexuelles et de viols sur mineurs au début des années 2000 a eu "un effet durable" sur la façon dont la justice punit l'inceste en France. Chapitrée en plusieurs procès retentissants, dont les revirements ont coûté cher aux victimes et à l'Etat, l'affaire d'Outreau a longtemps été qualifiée de fiasco judiciaire.

Deux décennies plus tard, alors que l'inceste occupe à nouveau les débats politiques, les associations de protection de l'enfance et des avocats spécialisés dressent un constat plus nuancé : si l'affaire d'Outreau a compliqué leur travail pendant plusieurs années, elle a toutefois eu l'effet d'un électrochoc en France.

Le 22 février 2001, le juge d'instruction Fabrice Burgaud se voit confier une information judiciaire portant sur des accusations d'inceste à Outreau (Pas-de-Calais). Thierry Delay et Myriam Badaoui, un couple résidant dans une tour HLM de la commune, sont dans le viseur de la justice. Leurs quatre enfants, placés en famille d'accueil depuis un an pour échapper à la violence du père, viennent de livrer aux services sociaux des témoignages troublants : aux coups et aux brimades se seraient ajoutés des agressions sexuelles et des viols à répétition, commis par leurs parents, mais aussi par des voisins.

Une affaire "monstrueuse"

C'est le point de départ de l'affaire d'Outreau, qui donnera lieu à plusieurs procès (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi