Incertitude autour de la manifestation pro-Palestiniens prévue samedi à Paris

·1 min de lecture

Saisi par les organisateurs de la manifestation pro-Palestiniens qui contestent son interdiction, le tribunal administratif de Paris rendra sa décision samedi matin. A la demande du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le préfet de police a effet interdit dès jeudi le rassemblement prévu à Barbès en raison de "risques sérieux" de "troubles à l’ordre public", à l'instar de ceux qui avaient émaillé des manifestations similaires en 2014. La crainte d'"exactions contre des synagogue" est également soulignée.

Hidalgo favorable à l'interdiction de la manifestation

"La France est la seule démocratie à interdire une telle manifestation!", protestent les avocats de l'Association des Palestiniens en Ile-de-France soutenus notamment par La France insoumise (LFI) alors que la maire PS de Paris Anne Hidalgo, la majorité présidentielle, la droite et l'extrême droite sont favorables à cette interdiction. En province, les services du ministère de l'Intérieur prévoient des rassemblements de quelques centaines de personnes notamment à Marseille, Lyon, Nantes et Nice.

Lire aussi - Israël-Palestine : les tensions s'intensifient, plus de 100 morts depuis lundi dans la bande de Gaza

Les affrontements entre le Hamas et Israël ont déjà fait en quelques jours plus de 100 morts à Gaza, enclave palestinienne sous blocus israélien et contrôlée par le Hamas, et neuf côté israélien. Ils ne montrent aucun signe d'apaisement.


Retrouvez cet article sur LeJDD