Incendies: pourquoi on peut s'attendre à un week-end à haut risque dans le sud-est

Un avion bombardier d'eau Dash le 8 juillet 2022 à Bessèges (Gard). - Sylvain Thomas
Un avion bombardier d'eau Dash le 8 juillet 2022 à Bessèges (Gard). - Sylvain Thomas

Un nouveau week-end à haut risque sur le front des incendies? Les conditions météorologiques des prochains jours, marquées par de fortes chaleurs, un temps sec, et la présence du mistral inquiètent les sapeurs-pompiers, alors qu'un vaste incendie est toujours actif ce samedi matin dans le Gard, où 650 hectares de végétation ont brûlé.

"Nous avons 11 zones qui sont à risque très sévère (d'incendies) aujourd'hui", met en garde Frédéric Portet, chef du centre opérationnel départemental d'incendie et de secours du Val-d'Oise et porte-parole national des sapeurs-pompiers sur BFMTV, ce samedi.

Alors que l'incendie en cours dans le Gard est "fixé", selon Alexandre Pissas, président du SDIS du Gard, les pompiers restent mobilisés et se préparent à un week-end à haut risque.

La Direction Générale de la Sécurité Civile recommande au moins jusqu'à dimanche une "grande prudence" à la population face aux risques d'incendies dans le sud du pays. Plusieurs zones, dont le Val de Cèze, le Gard Rhodanien ou Gardon Vidourle ont été placées en vigilance rouge pour feux de forêt par la préfecture du Gard ce samedi. Tous les massifs sont également considérés à risque incendie élevé par le préfet de l'Hérault.

Des vents jusqu'à 70km/h

Parmi les éléments inquiétant les soldats du feu, on compte bien sûr le retour des fortes chaleurs. Le mercure va en effet grimper dans la journée, avec jusqu'à 33°C attendus à Arles, dans les Bouches-du-Rhône, ou 34°C à Draguignan, dans le Var, ce samedi.

S'y ajoute les prévisions d'un fort mistral et de la tramontane, avec des rafales allant jusqu'à 70km/h attendues ce samedi et jusqu'à 60 km/h dimanche. Il suffit seulement de vents de 30km/h pour favoriser les incendies, selon les sapeurs-pompiers.

Ce phénomène peut être potentiellement dévastateur puisqu'il contribue à assécher les terres et à parfois transporter les braises sur plusieurs kilomètres.

Le taux inhabituellement faible de précipitations depuis le début de l'année dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur ne va sans doute pas aider non plus à atténuer cette tendance. Il a plu 55% de moins que la normale à Nîmes et 72% de moins à Marseille depuis janvier. Les sols sont donc très secs et la végétation est particulièrement sensible aux départs de feu.

La tendance doit se poursuivre dans les prochains jours, avec des températures situées entre 30°C et 34°C dimanche et les jours suivants pour la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Le mercure doit encore grimper dans l'ensemble du pays la semaine prochaine, avec des risques de canicule. Il fera entre 30°C et 35°C en moyenne en journée sur une large part du territoire, laissant craindre une propagation des incendies au-delà de la région sud-est.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles