Incendies : les pompiers tirent les leçons d'un été en enfer

Après La Teste-de-Buch et Landiras, un nouvel incendie ravage la Gironde à Saumos depuis le 13 septembre.  - Credit:Fabien Cottereau / MAXPPP / PHOTOPQR/SUD OUEST
Après La Teste-de-Buch et Landiras, un nouvel incendie ravage la Gironde à Saumos depuis le 13 septembre. - Credit:Fabien Cottereau / MAXPPP / PHOTOPQR/SUD OUEST

Interminable été pour les pompiers. Après un mois de juillet cauchemardesque à lutter contre deux gigantesques incendies en Gironde – dont l'un est reparti en août – puis dans le reste du pays, jusqu'en Bretagne, voilà qu'un nouveau feu s'est déclenché le mardi 13 septembre à Saumos. Entre cette ville et la station balnéaire de Lacanau, plus de 3 000 hectares ont été détruits en moins de deux jours, et les habitants ont dû être évacués.

« On disait depuis longtemps qu'on allait se prendre cette gifle du réchauffement climatique, eh bien, on l'a prise cet été », souffle Grégory Allione, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF). En moyenne, 10 000 hectares brûlent chaque année en France, selon le système d'information européen des feux de forêt (Effis). En septembre 2022, 62 000 hectares sont déjà partis en fumée, dont 30 000 rien qu'en Gironde. Les incendies de Landiras, bien que fixés, ne sont toujours pas éteints, deux mois après leur déclenchement. « Le réchauffement climatique, sur notre territoire, c'est aujourd'hui, pas en 2050 ! »

Renforcer la prévention

Deux pompiers sont décédés en opération. Mais malgré la situation exceptionnelle, aucune victime civile n'est à déplorer. Et la surface brûlée reste inférieure aux années records de 1976 et de 2003, où la sécheresse était comparable. « Cela veut dire que notre stratégie d'attaquer massivement les feux naissants est fonctionnelle », salue Grégory Allione, soulignant que [...] Lire la suite