Incendies en Gironde: les habitants de Cazaux peuvent rentrer malgré des feux pas encore fixés

Le village de Cazaux touché par un incendie  - AFP
Le village de Cazaux touché par un incendie - AFP

Après 6500 résidents de Landiras et des alentours, retour à la maison pour 4000 habitants du bourg de Cazaux, ce samedi dès 9 heures. Si les feux en Gironde n'ont pas encore pu être fixés, ils ne progressent plus depuis mercredi. La préfète Fabienne Buccio a donc annoncé vendredi que ces 10.500 personnes étaient autorisées à retrouver leur domicile.

"On est dans un début de retour à la normale, notamment avec la réintégration des habitants", a-t-elle commenté.

Depuis le début des deux incendies, plus de 36.000 habitants et vacanciers avaient été obligés de plier bagage en urgence de manière préventive. Selon France Bleu, des vols de reconnaissance devaient avoir lieu dans la nuit de vendredi à samedi pour déterminer si les habitants d'autres zones pouvaient réintégrer leur logement.

1300 sapeurs-pompiers toujours mobilisés

Toujours d'après Fabienne Buccio, les incendies devraient pouvoir être déclarés comme "fixés" assez rapidement. "Les déclarer éteints va prendre un certain temps", a-t-elle ajouté.

Pour l'heure, 20.800 hectares ont brûlé entre le sud du département et les alentours de la Dune du Pilat, depuis le 12 juillet, date de début des incendies. Si les feux sont contenus, il existe toujours un risque de les voir repartir de plus belle, prévient cependant la préfecture: sous l'effet du vent, les incendies peuvent s'autoalimenter.

Selon France Bleu, 1300 sapeurs-pompiers sont toujours mobilisés ce samedi, ainsi que quatre canadairs et deux hélicoptères d'attaque.

Une information judiciaire ouverte

Vendredi, le parquet de Bordeaux a ouvert une information judiciaire pour "destruction par incendie de bois, forêts, landes, maquis, plantations ou reboisements d'autrui de nature à exposer les personnes à un dommage corporel et à créer un dommage irréversible à l’environnement". Deux juges d'instruction ont été désignés pour enquêter sur l'origine des feux de Landiras et La Teste-de-Buch.

Au total, dix enquêteurs de la Brigade de recherches de la gendarmerie de Langon et de la Section de recherches de Bordeaux doivent mener les investigations, en collaboration avec l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique et l'Office français de la biodiversité.

Un individu avait déjà été placé en garde à vue, soupçonné d'être à l'origine du départ de feu, avant d'être mis hors de cause. Les auteurs s'exposent à une peine de 15 ans de prison et 150.000 euros d'amende.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles