Incendies en Gironde : "Il faut acheter plus" d'avions contre les incendies, dit Macron

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Stéphane Place / Europe 1
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Emmanuel Macron a promis ce mercredi l'achat d'avions supplémentaires pour lutter contre les incendies, à l'occasion d'un déplacement en Gironde où il a rendu hommage aux pompiers qui font enfin ralentir les deux gigantesques incendies faisant rage depuis plus d'une semaine. "Merci à vous, merci infiniment !" À La Teste-de-Buch , au bord du bassin d'Arcachon, où il est arrivé dans l'après-midi, le président a longuement rendu hommage aux sapeurs-pompiers, aux personnels de la sécurité civile, aux forces de l'ordre, aux élus et à l'ensemble des personnes mobilisées contre le feu qui ravage la forêt située aux abords de la dune du Pilat.

Il a ensuite rejoint Langon, au poste de commandement du feu de Landiras , à 40 km au sud de Bordeaux. Profitant de cette visite, Jean-Luc Gleyze et Xavier Fortinon, respectivement présidents PS des départements de Gironde et des Landes, ont réclamé dans une lettre ouverte au chef de l'État "une flotte (aérienne) plus conséquente, et une répartition territoriale adaptée".

La France va devoir "acheter plus" d'avions de lutte contre les incendies, est convenu Emmanuel Macron à La Teste-de-Buch. Les 22 avions dont est dotée la protection civile étaient "suffisants ces dernières années. Est-ce qu'il faut en avoir davantage ? La réponse est oui", a-t-il jugé, soulignant que cette flotte augmentée serait européenne et appelant à "redéployer une stratégie industrielle" pour construire ces appareils.

Du mieux pendant la nuit

Le président s'est aussi di...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles