Incendies en Gironde : enquête sur un désastre annoncé

Des forêts peu entretenues, une chaleur caniculaire, des pompiers mal coordonnés… Retour sur une bataille perdue d’avance.

Lundi 18 juillet: l’incendie prend de telles proportions qu’il avale, au nord, les campings. Des cinq installés au bas de la dune du Pilat , dont le fameux camping des Flots bleus, il ne restera bientôt que des voitures calcinées, des boules de pétanque brisées en deux par la chaleur infernale (jusqu’à 1000 °C), des caravanes transformées en flaques rectangulaires de plastique fondu, des bouteilles de gaz obèses aux formes grotesques, déformées par la pression, d’autres explosées en shrapnels.

Laurent, lieutenant (au centre), équipé d’un thermomètre laser, et deux membres de son équipe, près du restaurant La Salie Sud, le 21 juillet.
Laurent, lieutenant (au centre), équipé d’un thermomètre laser, et deux membres de son équipe, près du restaurant La Salie Sud, le 21 juillet.

Laurent, lieutenant (au centre), équipé d’un thermomètre laser, et deux membres de son équipe, près du restaurant La Salie Sud, le 21 juillet. © Frédéric Lafargue / Paris Match

Au sud, le feu menace la base aérienne de Cazaux : 10 Rafale et 17 Alpha Jet décollent en urgence pour trouver refuge dans d’autres bases. À l’hôtel La Co(o)rniche, les pompiers jettent les bouteilles de gaz dans la piscine tandis que celles des campings, au loin, explosent par centaines. Les soldats du feu ont sauvé les hommes, sauvé les biens, les maisons ; ils ont demandé à la police et à la(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles