Les incendies en Gironde et Bretagne se calment, l'homme interpellé mis "hors de cause"

Accalmie dans les incendies en Gironde et Bretagne, l'homme interpellé mis hors de cause (photo prise près de Landiras, le 18 juillet 2022)
Accalmie dans les incendies en Gironde et Bretagne, l'homme interpellé mis hors de cause (photo prise près de Landiras, le 18 juillet 2022)

Emmanuel Macron est attendu ce mercredi après-midi à la Teste-de-Buch et à Landiras, où des incendies géants ont ravagé plus de 20.500 hectares de forêts.

INCENDIES - Depuis une semaine, la Gironde fait face à deux incendies géants qui ont détruit plus de 20.600 hectares de forêts, selon le dernier bilan. Le président de la République Emmanuel Macron est attendu, ce mercredi 20 juillet, dans le département, alors que la progression des feux ralentit. En Bretagne aussi, le feu qui a ravagé les Monts d’Arrée, dans le Finistère, connaît un fléchissement. Le HuffPost fait le point sur la situation.

Plus de 20.6000 hectares de forêts détruits en Gironde, où un suspect a été libéré

L’homme de 39 ans, placé lundi en garde à vue lundi dans l’enquête sur l’origine du feu à Landiras (Gironde), a été “remis en liberté” dans la nuit, a annoncé le parquet de Bordeaux ce 20 juillet. “Les expertises, analyses des éléments recueillis et auditions réalisées, [le] mettant hors de cause”.

“Les investigations se poursuivent dans le cadre de la flagrance qui a été prorogée pour huit jours supplémentaires”, selon le parquet, alors qu’une enquête a été ouverte pour “destruction par incendie de bois, forêt, lande, maquis ou plantation d’autrui pouvant causer un dommage aux personnes”. Le parquet avait annoncé vendredi privilégier la “thèse criminelle” pour expliquer le déclenchement de cet incendie. Quelque 13.600 hectares de forêt ont été détruits à Landiras depuis le 12 juillet.

Emmanuel Macron est attendu ce mercredi en Gironde, où deux incendies géants ont ravagé plus de 20.600 hectares de forêts, dont 7000 à la Teste-de-Buch. 36.750 personnes ont dû être évacuées au total en six jours. Le chef de l’État doit se rendre dans l’après-midi à la Teste-de-Buch, sur le bassin d’Arcachon, et Landiras, à 40 km au sud de Bordeaux, “aux côtés des sapeurs-pompiers, des personnels de la sécurité civile, des forces de l’ordre, des élus et de l’ensemble des personnes mobilisées”, selon l’Élysée.

Les deux feux ont “très peu progressé”, selon le dernier bilan de ce mercredi matin. Avec 300 hectares détruits ces dernières heures, “le bilan est plutôt positif, la situation s’est améliorée pendant la nuit mais les deux feux ne sont toujours pas fixés”, a indiqué à la presse le lieutenant-colonel Arnaud Mendousse, un porte-parole des pompiers de Gironde.

Les “conditions météo sont un peu moins défavorables. L’air est plus humide, ce qui est un atout par rapport à la progression de cet incendie”, a ajouté le sous-préfet de Langon Vincent Ferrier à propos du feu de Landiras, évoquant des “points de vigilance” à surveiller dans le sud en raison du vent.

Environ 2000 sapeurs-pompiers, de toute la France, et d’importants moyens aériens (8 Canadair et 2 Dash) sont mobilisés. Les fumées de ces feux sont remontées jusqu’à Paris, à plus de 500 km de là, et y ont affecté la qualité de l’air, a indiqué mardi soir l’observatoire de la qualité de l’air en région parisienne.

Accalmie en Bretagne, où 500 personnes ont été évacuées

En Bretagne, l’incendie qui a ravagé des centaines d’hectares de landes dans les Monts d’Arrées depuis lundi était toujours en cours mercredi matin mais sa progression ralentissait, a indiqué la préfecture du Finistère. La surface brûlée était, pour l’heure, de 1725 hectares, contre 1700 hectares la veille à 17 heures.

Quelque 278 sapeurs-pompiers et 60 véhicules de lutte contre les incendies étaient présents sur place pour combattre les flammes, selon la préfecture. Plusieurs routes étaient toujours fermées à la circulation.

Au total, 500 personnes ont dû être évacuées à cause de l’incendie qui s’est déclenché sur la commune de Brasparts (Finistère), au cœur des Monts d’Arrée, dans un site naturel connu pour sa biodiversité. La commune de Botmeur a notamment été évacuée par les autorités. Des centres d’hébergement ont été mis en place à Sizun et Landivisiau.

Avec la vague de chaleur qui frappe l’Europe de l’Ouest, de nombreux records de température ont été battus lundi en Bretagne. Plus de 40°C ont notamment été relevés dans le nord-Finistère, selon Météo France, mais la température est depuis retombée à des niveaux plus conformes à la normale.

À voir également sur Le HuffPost: Pourquoi l’origine des départs de feu doit devenir le centre du débat

LIRE AUSSI:

undefined

undefined

VIDÉO - Incendies en Gironde : les pompiers luttent contre des méga feux depuis le 12 juillet

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles