Incendies de forêt : l'Europe à l'épreuve du feu

Incendies de forêt : l'Europe à l'épreuve du feu

Vigilance maximale. Depuis plusieurs jours, une partie de l’Europe étouffe sous un épisode caniculaire précoce. Alors, les autorités et les pompiers redoutent les départs de feux. À l'occasion de la journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse, Euronews s'est demandé comment l’Union européenne se prépare aux risques d’incendie qui planent sur le continent.

Le Portugal en 2017, la Suède et l'Allemagne en 2018, la Grèce en 2021. Chaque année, les forêts d'Europe sont en proie à de violents incendies. Plus de cinq millions d'hectares sont partis en fumée en l'espace de dix ans entre 2011 et 2021.

Si les feux de forêt ont toujours existé, les scientifiques lancent aujourd'hui l'alerte. Sous l'effet du réchauffement climatique, la saison des feux s'allonge, les incendies risquent d'être plus intenses et longs. Enfin, ils remontent progressivement vers le nord de l'Europe dans des pays jusqu'ici relativement épargnés.

"RescEU", pompiers de l'Europe

Face au danger, l'Union européenne tente de s'organiser. En 2019, la Commission européenne crée "rescEU" pour améliorer la gestion des risques de catastrophes. Concrètement, les pays membres mettent leurs ressources en commun et constituent une réserve paneuropéenne en équipement.

En cas d'urgence, la Croatie, la France, la Grèce, l’Italie, l’Espagne et la Suède proposent une flotte de douze avions et six hélicoptères bombardiers d’eau. En échange, les Etats moins équipés versent une contribution financière. Le dispositif intègre aussi l'Islande, la Macédoine, le Monténégro, la Norvège, la Serbie, et la Turquie, qui ne sont pas membres de l'UE.

Ce mercredi, la Commission européenne l'a annoncé via un communiqué de presse : la flotte d'avion de lutte est opérationnelle pour la saison 2022.

“La prévention c’est vaincre sans bataille”

Christian Pinaudeau, ancien secrétaire général du Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest et auteur de "Échec aux feux de forêt" est formel. En France, comme en Europe, "les moyens de lutte contre les feux de forêt existent, les politiques de prévention, non". Chaque année, les autorités locales et les sapeurs-pompiers s'efforcent de rappeler des consignes de sécurité.

MTE/DICOM
Consigne de prévention des feux de forêt du ministère de la Transition écologique - MTE/DICOM

Mais "information n'est pas prévention" précise l'ex syndicaliste. "La prévention, c'est vaincre sans bataille". Pour lui, la priorité est d'aménager les forêts, en pistes, points d'eau et fossés. "Evidemment, les politiques se pressent pour inaugurer un nouveau bombardier, jamais pour ce type d'équipement nettement moins télégéniques".

"Nous avons préféré le spectacle du feu à la prévention des risques"

Christian Pinaudeau, auteur d'une thèse sur la gouvernance de la filière forestière et la gestion des risques d’incendie, regrette que "l'on ait préféré le spectacle du feu au travail de gestion des risques".

Pour que le principe de prévention s'applique à l'échelle européenne, il souhaiterait que "l'UE conditionne son aide en terme de coordination des moyens et de financement à la mise en place des mesures de prévention dans les Etats membres".

Le feu suit l'homme

Barbecues, mégots de cigarettes, travaux. Dans neuf cas sur dix les incendies en forêt sont d'origine humaine martèlent les soldats du feu. "La forêt ne brûle pas seule", ironise Christian Pinaudeau. La foudre constitue l'unique cause naturelle de départ de feu. "Oui le réchauffement climatique est un donnée incontournable mais il n'est qu'un facteur aggravant. Le responsable, c'est l'homme".

L'augmentation de la densité de la population, en particulier lors de la période estivale, décuple les risques d'incendies. Certaines villes comme le Grau-du-Roi (Gard) dans le sud-est français passent de 8 500 à 120 000 habitants au plus fort de l'été.

Christian Pinaudeau qui intervenait ce mercredi lors d'une table ronde sur les méga-feux organisée par le Sénat conclut : "les risques sont connus, maintenant il faut agir et travailler localement".

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles