Incendies dévastateurs en Bolivie: la politique environnementale pointée du doigt

·1 min de lecture

En Bolivie, comme chaque année lors de la saison sèche, la forêt brûle et de grandes parties du territoire risquent d’être perdues à jamais dans le bassin amazonien. Si des gens se battent contre les flammes sur le terrain, dans les instances de décision, les réactions tardent à arriver.

Avec notre correspondante à La Paz, Alice Campaignolle

Ces incendies en Bolivie ont comme un air de déjà-vu. En 2019, les feux dans le bassin amazonien avaient fait la Une des journaux dans le monde entier. Cette année, déjà plus de 750 000 hectares de forêt sont parties en fumée. Et le pire est à venir. Les conditions climatiques laissent penser qu’il y aura plus de feux en septembre et en octobre. Ces incendies dévastent aussi des parcs naturels à la biodiversité exceptionnelle.

La cause principale des flammes ? Le défrichage par le feu utilisé majoritairement par de grands propriétaires terriens, pour le soja ou le bétail. Et ce, avec l’aval du gouvernement qui maintient en vigueur les décrets dits incendiaires qui autorisent ce genre de pratiques.

Le combat des militants pro-environnement

« Ça ne sert à rien de se battre contre les flammes jour après jour et de mourir pour cela – car des pompiers meurent dans ces incendies – si le lendemain quelqu’un d’autre allume un nouveau feu, déplore Guillermo Villalobos, de la fondation Solon. L’idée donc c’est de s'en prendre à l'origine de tout cela, c’est-à-dire au soutien de l’État au secteur agro-industriel ou encore à l’exportation de viande jusqu’en Chine. »

Les militants pro-environnement continuent de se battre pour réveiller la conscience gouvernementale autour du problème des incendies, mais pour le moment, pas de réaction du côté des autorités.

À lire aussi : Pourquoi la forêt amazonienne brûle aussi en Bolivie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles