Incendies en Australie : Sydney se prépare à affronter une situation "catastrophique"

Pour la première fois, la plus grande ville australienne et ses environs font face au plus haut niveau d'alerte aux incendies jamais émis. Les autorités ont averti que "des vies et des habitations seront en danger".

Les habitants de la région de Sydney se préparaient lundi à faire face à une situation "catastrophique" en raison du risque de recrudescence des incendies qui a poussé les autorités à déclarer l'état d'alerte. Pour la première fois, la plus grande ville australienne et ses environs font face au plus haut niveau d'alerte aux incendies jamais émis. Les autorités ont averti que "des vies et des habitations seront en danger".

"Rien n'est construit ou conçu pour résister au genre de situation catastrophique à laquelle on peut s'attendre", a déclaré Shane Fitzsimmons, responsable des pompiers de l'Etat de Nouvelles-Galles du Sud (sud-est), qui comprend Sydney. Les températures élevées et les vents forts, attendus mardi, devraient attiser les feux de brousse, ce qui a conduit la Première ministre de cet Etat, Gladys Berejiklian, à déclarer l'état d'urgence pour une durée de sept jours. Plus de 350 écoles seront fermées et l'armée a été chargée de fournir un appui logistique aux pompiers.

Les dizaines de feux non maîtrisés dans le nord de cet Etat ont, depuis vendredi, fait trois morts, détruit plus de 150 habitations et contraint des milliers d'habitants à fuir. Au cours des derniers mois, environ 11.000 km2 - l'équivalent de la Jamaïque ou du Kosovo - ont été brûlés, selon le service d'incendie de la Nouvelle-Galles du Sud. La situation était redevenue plus calme lundi et certains habitants ont pu retourner chez eux. Un nuage de fumée toxique persistait cependant sur les régions affectées par ces feux de brousse.

Fumée toxique

Mardi, les zones les plus touchées devraient être les Blue Mountains à l'ouest de Sydney, la vallée viticole Hunter, au nord, ainsi que la région d'Illawarra au sud de la ville. Dans la ville de(...)


Lire la suite sur Paris Match