Incendie volontaire de l'Université de Nantes: "Un acte inadmissible" pour Vidal

·2 min de lecture

Un incendie volontaire a touché dans la nuit de dimanche à lundi un bâtiment de l'Université de Nantes. "Partiels en distanciel ou pas de partiels du tout", "Examen sous Covid", "Foutage de gueule", figuraient parmi les tags retrouvés

Un incendie volontaire a touché dans la nuit de dimanche à lundi un bâtiment de l'Université de Nantes où devait se tenir des examens lundi, sans faire de victime mais rendant les lieux inutilisables, a-t-on appris auprès de l'institution et de la police.

"La présence de tags sur place montre l'intention des auteurs de l'acte d'empêcher la tenue des examens", indique dans un communiqué l'Université de Nantes, expliquant que "la façade du bâtiment est fortement dégradée avec un départ de feux depuis les deux portes d'entrée, le rendant inutilisable pour une durée indéterminée".

"Partiels en distanciel ou pas de partiels du tout", "Examen sous Covid", "Foutage de gueule", figurent parmi les tags retrouvés "sur les murs du gymnase, également sur un muret au niveau d'une entrée et à l'arrière du bâtiment", a détaillé la police.

"A l'arrivée des pompiers, des poubelles étaient en feux devant ces deux portes d'entrée" de la halle du SUAPS (Service Universitaire des Activités Physiques et Sportives) où les tables étaient prêtes pour la tenue d'examens", a décrit la police précisant qu'il s'agissait d'un "incendie criminel".

"Rien ne peut justifier que l'on incendie un bâtiment public. Les conséquences auraient pu être beaucoup plus graves. J'ai une pensée particulière pour nos étudiants qui préparent leurs examens de longue date", a déclaré Carine Bernault, présidente de l'Université de Nantes.

"Nous nous réorganisons en ce moment même pour que les examens de cette première session prévus dans la halle du SUAPS se tiennent dans les meilleurs délais et dans le respect des conditions sanitaires", a-t-elle ajouté.

"Un dépôt de plainte est en cours auprès des autorités compétentes", indique l'Université dans son communiqué. Quatre(...)


Lire la suite sur Paris Match