Incendie dans le Var : quelles conséquences pour la biodiversité ?

·1 min de lecture

Depuis le début du plus gros incendie de l’été en France, près 80% de la réserve naturelle du massif des Maures, dans l’arrière-pays de Saint-Tropez, a brûlé. Une situation catastrophique autant pour la faune que la flore dont regorge cette région connue pour ses forêts de chênes de liège mais aussi de pins parasols. La directrice adjointe à l’office français de la biodiversité en Paca et en Corse, Concha Agero et le responsable national incendies à l’office national des forêts (ONF), Jean-Louis Pestour, ont fait un état des lieux des conséquences de l’incendie sur Europe 1, jeudi.

>> Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici

Replanter, semer, arroser… que faire après un immense incendie ? La réponse de Jean-Louis Pestour est pour le moins surprenante : rien. "La logique du reboisement qu'on a pu connaître au siècle dernier est actuellement abandonnée", affirme le responsable national incendies de forêts à l’ONF. Pour lui, il faut "laisser faire la nature, faire en sorte que les végétaux en place se régénèrent de manière naturelle". Quelques plantations seront tout de même prévues "dans des lieux très emblématiques où il y a des aspects paysagers ou environnementaux spécifiques", nuance-t-il.

Les animaux vont devoir s’habituer à un nouvel habitat

L’incendie ravageur a également tué une grande partie de la faune qui peuple le massif des Maures. Concha Agero, directrice adjointe interrégionale en Paca et en Corse à l’office français de la biodiversité, est allée ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles