Incendie de Landiras: Un homme en garde à vue

Des pompiers combattant le feu sur la commune de Louchats à l'ouest de Landiras, ce lundi 18 juillet.
Des pompiers combattant le feu sur la commune de Louchats à l'ouest de Landiras, ce lundi 18 juillet.

Des pompiers combattant le feu sur la commune de Louchats à l'ouest de Landiras, ce lundi 18 juillet.

INCENDIES - Qui est à l’origine ou responsable du départ de feu qui a déjà brûlé plus de 10.500 hectares près de Landiras -soit la superficie de Paris intramuros- et contraint près de 8.000 personnes à évacuer leur foyer dans six communes alentour? L’enquête “se poursuit avec de nombreuses expertises et des auditions de témoins”, a expliqué ce lundi 18 juillet le parquet de Bordeaux, annonçant qu’un homme avait également été placé en garde à vue dans le cadre de ces investigations.

Vendredi, le parquet avait précisé privilégier la “thèse criminelle” pour expliquer le déclenchement de l’incendie le 12 juillet. Cette hypothèse s’appuie notamment sur des “constatations matérielles” de la police technique et scientifique et des “témoignages”, avait-il précisé.

Le feu serait parti d’une bordure de route selon le récit aux enquêteurs d’un témoin qui “a vu un départ d’incendie et une voiture quitter précipitamment les lieux”, a relaté à l’AFP une source proche du dossier confirmée par le parquet. “Il (ce témoin) a ensuite essayé d’aller chez lui pour prendre un extincteur mais c’était trop tard, il a tout de suite donné l’alerte”, a poursuivi la même source.

À Landiras, “les techniciens en identification criminelle ont pu effectuer des constatations qui accréditent un acte volontairement malveillant”, écrit le parquet dans son communiqué. Les enquêteurs ont fait un rapprochement entre ce sinistre et d’autres départs de feux constatés sur la même zone le même jour, à des horaires différents. Toutefois, “des indices restent à exploiter afin d’éliminer ou de retenir la thèse d’un même auteur”, explique encore le parquet.

L’homme arrêté, âgé de 39 ans, avait déjà été entendu pour “des faits similaires courant 2012 mais l’enquête avait été classée deux ans plus tard, faute d’élément probant”, selon les informations de BFMTV.

Cette enquête est ouverte pour “destruction involontaire par incendie de bois, forêt, lande, maquis ou plantation d’autrui due au manquement à une obligation de sécurité ou de prudence”. Les investigations ont été confiées aux gendarmes de la brigade de recherches de Langon en cosaisine avec l’antenne locale de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP).

Concernant l’incendie de La Teste, près d’Arcachon, les autorités locales ont expliqué la semaine dernière qu’il était dû à une camionnette en panne ayant pris feu sur une route forestière. Une version confirmée lundi par le parquet.

À voir également sur Le HuffPost: À Hawaï, des vagues géantes balayent le sud des îles

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles