Incendie de l’usine Lubrizol à Rouen : Que signifient les taux élevés de dioxines retrouvés dans l'air ?

Sélène Agapé

ANALYSE - Les résultats d’une analyse sur l’air, menée par Atmo Normandie, révèlent des taux de dioxine quatre fois supérieurs à la normale lors de l’incendie dans la commune de Préaux

Deux semaines après l'important incendie qui a touché l'usine Lubrizol à Rouen et détruit  5.253 tonnes de produits chimiques, les investigations se poursuivent pour faire la lumière sur la catastrophe​ et ses conséquences. L’organisme Atmo Normandie a présenté mardi ses derniers résultats d'analyse de l'air. Ils font état de taux de dioxine quatre fois supérieurs à la normale, enregistrés sur le capteur installé à Préaux (à 15 km au nord-est de Rouen), le jour de l’incendie le 26 septembre.

« Dans une jauge déposée du jeudi 26 septembre, jour de l’incendie, à 12h à vendredi 27 à 12h, l’association a trouvé un dépôt de 12,6 picogrammes par m2, en équivalent toxique, de dioxine, alors qu’elle trouve dans ses prélèvements habituels en Normandie, essentiellement autour des incinérateurs, 3,4 picogrammes par m2 par jour en moyenne », a détaillé à l’AFP Christophe Legrand, directeur adjoint d’Atmo Normandie. L’organisme précise que ce dépôt de dioxine dans la jauge d’Atmo est issu de l’air mais signifie qu’un dépôt similaire s’est produit sur(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Incendie à Rouen : Le préfet demande à Lubrizol de faire cesser « les odeurs incommodantes »
Incendie de l’usine Lubrizol à Rouen : Début de l’enquête sur le terrain pour identifier l’origine de l’incendie
Incendie de l’usine Lubrizol : Des premiers résultats « très rassurants » sur les niveaux de dioxines et d’amiante