Incendie de Notre-Dame : cinq questions sur l'hypothèse d'un accident électrique

franceinfo
"Si c'est un accident, c'est à 90% un départ électrique, car c'est la seule source d'énergie dans le bâtiment", estime une source policière.

Imprudence ? Défaut de sécurisation ? L'enquête prendra du temps, mais la police semble privilégier, pour l'instant, la piste de l'origine électrique dans l'incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame, au cœur de Paris, dans la soirée du lundi 15 avril. Pourquoi cette hypothèse ? Quelles mesures de sécurité ont été prises ? Quelles sont les incertitudes ? Franceinfo répond à cinq questions autour d'un possible court-circuit.


1D'où vient cette hypothèse ?


"Si c'est un accident, c'est à 90% un départ électrique, car c'est la seule source d'énergie dans le bâtiment", estime une source policière citée par Reuters. Il n'y avait guère d'autres possibilités, selon les premiers témoignages. Aucun outil de soudage, aucun chalumeau, aucun "point chaud" n'était présent sur le chantier, selon l'entreprise Europe Echafaudage, qui a remporté les trois marchés du chantier de restauration des parties hautes de la flèche.

Le patron de l'entreprise de BTP, Julien Le Bras, explique à France 3 Lorraine que "ce chantier débutait normalement". Lundi, aucune opération par point chaud ou électrique n'a été effectuée. Les douze ouvriers présents sur les lieux plaçaient ce jour-là les échafaudages avec, comme outils, "des marteaux et des clés de 22", d'après Julien Le Bras. Rien qui puisse, selon lui, permettre un départ de feu. La descente des ouvriers, selon la société, a commencé à 17h20. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi