Incendie de Courchevel : le rapport qui accable le propriétaire des lieux

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
24 personnes avaient également été blessées dans l'incendie de cet ancien hôtel, qui avait été fermé administrativement.
24 personnes avaient également été blessées dans l'incendie de cet ancien hôtel, qui avait été fermé administrativement.

En janvier 2019, deux travailleurs saisonniers perdaient la vie à Courchevel, en Savoie, dans un tragique incendie. Quelque 24 autres personnes avaient aussi été blessées. Elles étaient alors logées par leur employeur. Mais, selon un nouveau rapport d'experts dont Le Parisien a pu prendre connaissance, lundi 11 janvier, le propriétaire des lieux est en tort. En raison de sa vétusté et du non-respect des normes incendie, le bâtiment sinistré avait été fermé administrativement dix ans auparavant. Des travaux de sécurisation avaient été ordonnés par une commission de sécurité, mais rien n'avait jamais été fait. Or, selon le rapport, cette non-réhabilitation a permis la propagation des flammes lors de l'incendie.

Dans le détail, l'ancien hôtel Isba construit en 1950, comportant 40 chambres réparties sur trois étages, avait donc reçu ordre de fermer ses portes en 2009, à la suite d'un arrêté municipal. Or, en 2018, l'homme venant de racheter les lieux, propriétaire d'autres hôtels et restaurants dans la célèbre station de ski, a pris la décision de loger, dans cet ancien hôtel, ses travailleurs saisonniers. Cité par le quotidien, l'expert en sécurité incendie souligne, dans son rapport, une décision prise « sans aucune déclaration préalable comme l'oblige pourtant l'article R421-17 du Code de l'urbanisme [?] sans procéder à de quelconques travaux de mise en sécurité, malgré l'existence d'un arrêté municipal de fermeture du bâtiment mettant en évidence que la séc [...] Lire la suite