Incendie chez Ferrand: les enquêteurs s'interrogent sur l'absence de revendication

1 / 2

Incendie chez Ferrand: les enquêteurs s'interrogent sur l'absence de revendication

D'après les informations du Journal du Dimanche et du Parisien, le mobile derrière le début d'incendie dont le domicile a fait l'objet demeure mystérieux.

L'affaire de l'incendie provoqué au domicile secondaire de Richard Ferrand contient encore quelques zones d'ombre. Selon les informations du Journal du Dimanche, les circonstances dans lesquelles le sinistre a eu lieu restent à élucider. Notamment la date, qui ne peut correspondre à celle du dépôt de plainte, vendredi dernier.

"Ce n'est pas dans la journée de vendredi, ni dans la nuit précédente. Cela peut remonter à plusieurs jours", indique le procureur de la République de Brest, Jean-Philippe Récappé, au JDD.

Comme le raconte l'hebdomadaire, le président de l'Assemblée nationale, en déplacement à Rennes, a été informé dans l'après-midi du sinistre, qui a été condamné par l'ensemble de la classe politique.

"Aucune revendication"

Le mobile, lui aussi, fait l'objet d'interrogations de la part du parquet. Surtout dans une période de fortes turbulences politiques, durant laquelle de nombreux élus ont été pris pour cible. 

"Il n'y a aucune revendication, aucun signe sur les façades, comme on a pu le voir sur les permanences de certains députés depuis le début du mouvement des gilets jaunes", explique le procureur. Auprès du Parisien, il ajoute que l'acte "ressemble à une forme de menace ou d'intimidation".

Le manque de témoins complique l'enquête. D'après Jean-Philippe Récappé, "personne ne semble être entré dans le domicile" pour y déclencher l'incendie. "Si quelqu'un...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi