Incendie à Londres : un an après, le chagrin et la colère dominent toujours

France 2

Telle une énorme cicatrice au cœur de Londres (Royaume-Uni), la tour Grenfell, lentement recouverte, comme un voile sur cette tragédie qui a tué 72 personnes, l'une des pires catastrophes de l'histoire récente de la Grande-Bretagne. La nuit du 14 juin 2017, comment le feu s'est-il déclenché ? Pourquoi s'est-il propagé aussi vite ? Et pourquoi, malgré les flammes, les pompiers ont-ils d'abord ordonné aux habitants de rester cloîtrés chez eux ? Pour répondre à ces questions, une grande enquête publique a été ouverte. Il y a trois semaines, elle a commencé ses auditions. Une par une, toutes les familles des victimes ont été appelées à témoigner, comme le père du petit Logan, un bébé mort-né suite à un accouchement prématuré causé par le stress de l'incendie.

Le non-respect des normes a fait de nombreux morts

Des témoignages qui ont bouleversé le pays pendant 15 jours et alimenté la colère provoquée par les défaillances en termes de sécurité. Tout est parti de cette cuisine, au 4e étage, autour de ce congélateur défectueux. Étage par étage, pièce par pièce, 200 policiers ont tout expertisé, et les premiers rapports évoquent une culture de la non-conformité dans la tour. Aucune porte des appartements n'était conforme aux normes anti-incendie. Et dans les parties (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi