Le son inégalé du Stradivarius, dû à des produits chimiques ?

·1 min de lecture

Entre 1644 et 1737, le plus célèbre luthier d'Italie a confectionné quelque 1.200 violons : Antonio Stradivari. Aujourd'hui, il n'en reste que la moitié. Seuls les violons de son contemporain, Guarneri del Gesù, émettent des sons d'une qualité comparable aux Stradivarius. Mais pourquoi ? En plusieurs siècles, aucun artisan n'est parvenu à un tel résultat. Selon une récente étude, ce serait dû aux traitements du bois des instruments, mis au point et tenus secrets par ces deux luthiers.

« La présence de ces produits chimiques indique une collaboration entre les luthiers et les pharmaciens locaux à l'époque, estime Joseph Nagyvary, chercheur en biochimie et coauteur de l'étude. Stradivari et Guarneri auraient voulu traiter leurs violons pour empêcher les vers de ronger le bois, car les infestations de vers étaient très répandues à cette période. »

Les produits décelés ne se trouvaient pas qu'à la surface de l'instrument, mais également à l'intérieur du bois. « Stradivari et Guarneri avaient leur propre méthode exclusive de traitement du bois, à laquelle ils auraient pu attribuer une importance considérable », ajoute le scientifique, précisant que le système de brevets n'existait pas à ce moment-là, ce qui aurait forcé les deux artisans à garder secrète leur recette.

Un cocktail chimique

Cette équipe de recherche s'est penchée sur des tables d'harmonie d'instruments, c'est-à-dire les parties de l'instrument qui reçoivent la vibration à amplifier. Le bois, de l'épicéa, ne présentait des signes d'une manipulation artificielle que dans le cas des tables faites à Crémone, la ville où sont nées Stradivari et Guarneri. Celles issues d'instruments modernes n'arboraient pas les mêmes détails de composition.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les chercheurs ont également été en mesure d'identifier les minéraux utilisés pour le traitement et leurs fonctions potentielles. Le borax et les...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles