Inédit

Libération.fr

Et certains diront encore que le bulletin de vote ne sert à rien ! Fort d’une très étroite victoire électorale, Donald Trump lance néanmoins une révolution. Le budget de rupture qu’il vient de rendre public, s’il était adopté, marquerait dans l’histoire des Etats-Unis une date aussi importante que la révolution conservatrice de Ronald Reagan ou, à rebours, le New Deal de Franklin Roosevelt. Une rupture libérale-nationaliste fondée sur l’alliance entre les rednecks de Main Street et les loups de Wall Street, qui tourne le dos à l’histoire américaine depuis la guerre en donnant le signal du grand repli yankee.

Tout pour l’armée et pour le mur de la frontière sud, rien pour la culture, le social, la diplomatie ou l’environnement. Le milliardaire président ne saurait être plus clair dans sa volonté de fermeture, de dureté et d’exclusion. Le vote Trump a été présenté comme une revanche du peuple sur les élites. C’est surtout une revanche des élites du fric sur le peuple, qu’on manipule en le jetant contre l’étranger bouc émissaire. On se rassurera peut-être en rappelant que la Constitution américaine est fondée sur l’équilibre des pouvoirs («checks and balances») et donc que les contrepoids que sont le Congrès et les juges contiendront l’offensive. Mais pour l’instant, appuyé sur la légitimité du vote, c’est Trump qui a l’initiative. La résistance de la société civile a quelque chose d’inédit et de rassurant. Le Président est déjà l’un des plus impopulaires de l’histoire. Partout les citoyens s’organisent pour faire pression sur leurs élus et pour alerter l’opinion. Mais Trump, par définition, garde la main. Personne ne peut compter sur sa prudence ou son sens du compromis. La leçon est claire : en matière de national-populisme, mieux vaut prévenir que guérir. Et plutôt que tabler sur des contre-pouvoirs incertains, tenir par le vote les nationalistes hors du pouvoir.

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Trump coupe les fonds, l’Amérique monte au front
En Californie, la tactique de la résistance étatique
«Notre lutte ne sera pas un sprint, mais un marathon»
Les anciens avocats d’Obama à la manœuvre
«Indivisible», manuel anti-Trump

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages