Inès Reg et son mari Kevin Debonne dévoilent leurs secrets de couple et de beauté

·1 min de lecture

Ils se sont rencontrés il y a dix ans et ont d'abord été les meilleurs amis du monde avant de céder aux sirènes de l’amour quatre ans plus tard, lors de vacances mémorables à Biarritz. C’est (en grande partie) leur histoire qu'Inès Reg et Kevin Debonne ont mis en scène dans leur premier film, Je te veux moi non plus, diffusé sur Amazon Prime depuis le 26 mars et qui caracole en tête des films les plus vus sur la plateforme.

Il y a un mois, nous avons demandé aux deux amoureux de prendre la pose pour Gala, l'espace d'une journée. Direction l'Hôtel de Crillon à Paris, plus précisément au 7e étage, dans la suite Ateliers d'artiste où Inès et Kevin ont joué les mannequins d'un jour, l'espace d'une journée enchantée. Rencontre exclusive avec un couple aussi drôle à la ville que sur scène.

GALA : Inès, votre mère vous a-t-elle transmis des gestes de beauté ?

Inès Reg : L’épilation des sourcils, mon obsession, ça définit les contours et les expressions du visage ! Quand j’étais en 5ème, je voulais déjà m’épiler car j’avais un monosourcil, ma mère me disait d’attendre. Elle avait raison. Aujourd’hui, lorsque je vais chez l’esthéticienne, je me poste devant Kevin à mon retour et lui dis : alors ? Il me répond qu’il ne voit rien. Ça me rend dingue ! Ma mère se maquillait peu, en revanche elle tenait à ce que l’on se nettoie bien le visage avant de l’hydrater afin de préserver notre peau au maximum. Et elle nous interdisait les colorations de cheveux. Résultat, aujourd’hui, à 28 ans, je (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Sassy Grand Doris, star d'Instagram et Tik Tok à 94 ans, livre les secrets de son succès
Alessandra Sublet : ses 10 essentiels beauté et bien-être
Alexandre Wetter, acteur androgyne : " il faut s'assumer, ainsi le regard de l’autre peut changer et accepter la différence "
PHOTOS - Cheveux bouclés : 3 astuces pour avoir de belles ondulations
PHOTOS - Coiffure : les 30 plus belles coupes de cheveux dégradées de ce printemps/été 2021