Inès (Koh-Lanta) remontée contre le gouvernement : l'infirmière raconte sa première nuit de garde

·1 min de lecture

Colère, Inès. Avant d'être la finaliste de Koh-Lanta, l'île des héros, mais aussi, dorénavant, une participante aux émissions de téléréalité, dont La villa des coeurs brisés, Inès Loucif est avant tout une infirmière. Et tout le monde sait que le personnel hospitalier traverse une période vraiment difficile, en cette période de pandémie mondiale. En mars dernier, quelques jours après le début du confinement, la belle brune s'était plaint des conditions de travail compliquées. "Voilà comment nous avons encore travaillé cette nuit, écrivait-elle, le 27 mars dernier, dans un texte accompagné d'une photo de son accoutrement du jour. Vous avez devant vous les conditions dans lesquelles nous travaillons, où nous avons que des patients positifs au COVID-19. Nous n'avons plus de sur-blouse, alors on prend des pantalons jetables pour se camoufler en mettant du sparadrap aux poignets pour bien fermer les manches, et plus de sur-chaussures donc on met des charlottes aux chaussures tranquillement".

En ce début de mois de novembre, et alors qu'elle vient d'annuler sa participation à La bataille des couples, Inès a repris le chemin de l'hôpital. Après une nuit de garde, elle s'est confiée à ses abonnés. "La reprise du travail n'a pas été très facile, mais elle m'a fait du bien, mine de rien. Je me sentais obligée d'aller aider. Je ne me voyais pas rester chez moi alors que je suis quand même infirmière", présente-t-elle, en préambule, en story Instagram avant de faire connaître son courroux (...)

Lire la suite sur le site de Voici

VIDEO Brigitte Macron : sa plus grande crainte au sujet de son époux révélée
PHOTO Shy'm vient-elle de dévoiler le père de son bébé ? Les internautes en sont persuadés
Ici tout commence : pourquoi le feuilleton a failli ne jamais voir le jour ?
PHOTO Emilie Nef Naf métamorphosée : elle explique le "rééquilibrage alimentaire" qui lui a permis de maigrir
Etienne Carbonnier absent de Quotidien : les internautes s’inquiètent