"On est impuissants" : les réfugiés afghans en France s'inquiètent pour leurs proches

·1 min de lecture

"Ici, tout le monde a perdu des gens de la famille depuis ces trois semaines. J’ai perdu un cousin, à l’aéroport." Parmi une centaine de visages cernés et des drapeaux afghans, Surab étreint ses voisins. Certains pleurent, d’autres serrent les dents. Rassemblés à Paris samedi, tous font partie des 2.600 réfugiés afghans que la France a évacués de Kaboul depuis la prise de la capitale par les talibans. Mais alors que le pont aérien tricolore a été interrompu vendredi soir, l'inquiétude est grande pour leurs proches restés derrière eux.

"Je me suis sentie délaissée"

"On ne dort pas", confirme Surab, qui a voulu, avec tant d'autres, exprimer son désespoir. "Même si on crie, qui va transmettre notre message ? On est devenus impuissants." À côté de lui, un autre réfugié a "essayé de tout faire", "envoyé des centaines de mails". Appels au ministère, aux mairies... tous racontent avoir multiplié les démarches pour que les noms de leurs proches figurent parmi ceux des passagers sauvés par l’armée française.

"Depuis le 15 août, je ne fais que ça", souffle Chala. "J’y ai cru jusqu’à la dernière seconde." Finalement, personne, dans la famille de la jeune femme, n'a pu être exfiltré. Son frère journaliste est pourtant menacé directement par les talibans. La fin du pont aérien sonne comme un adieu forcé la réfugiée. "Je me suis sentie délaissée. J’étais en larmes", raconte-t-elle.

L'espoir d'opérations humanitaires

"J’ai eu ma nièce au téléphone qui me disait que c'était fini, qu'on était p...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles