Improvisation. Un pilote sud-africain raconte le sauvetage en urgence de 600 Afghans

·1 min de lecture

Sur le tarmac de l’aéroport international de Kaboul, l’exfiltration des Afghans fuyant le régime des talibans s’est déroulée dans l’improvisation et la débrouille. L’histoire d’un pilote sud-africain réquisitionné d’urgence pour évacuer des civils vers le Tadjikistan illustre l’atmosphère chaotique de ces dernières journées, note le Mail & Guardian.

Lancé dans “une course contre la montre” improvisée malgré la menace imminente d’attaques terroristes, un pilote sud-africain et son équipage international ont sauvé la vie de plusieurs centaines d’Afghans à bord de leur Boeing 727, le 27 août dernier, raconte le Mail & Guardian.

Alors que sa compagnie Safe Air participait à l’évacuation de matériel militaire depuis le Tadjikistan voisin, le capitaine Neil Steyl, originaire du Cap (Afrique du Sud), a reçu “un appel désespéré des représentants du département américain à Kaboul”, deux jours après les attentats du 25 août revendiqués par l’État islamique.

À lire aussi: Vidéo. En Afghanistan, de “fausses funérailles” pour fêter le départ des troupes occidentales

“Ils nous demandaient si nous étions prêts à participer à un vol d’évacuation”, explique le pilote au quotidien sud-africain. Malgré l’absence de sièges passagers dans l’avion, l’équipage mené par le Sud-Africain a réalisé deux allers-retours en l’espace de quelques heures pour transporter un groupe des forces spéciales afghanes et leurs familles vers le Tadjikistan, alors qu’elles étaient réfugiées dans un entrepôt de l’aéroport de Kaboul.

Urgence et reconnaissance

Basé à Nairobi (Kenya), Neil Steyl est habitué à effectuer des vols sur des terrains de conflits, notamment en Somalie. Avec son équipage, il a accepté de mobiliser en urgence son avion pourtant configuré pour le fret, “car il y avait trop de

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles