Impression 3D, gigapixels... Les technologies au chevet du patrimoine

Pixabay.com

Reconstruire le patrimoine syrien ?

Pour en conserver la mémoire, et aider à sa restauration, une start-up française œuvre à la sauvegarde virtuelle de Palmyre. En mars 2016, la cité antique de Palmyre a été reprise à Daech. Bilandes exactions de l’EI: la destruction entre autres des temples de Baalshamin et de Bêl, de l’arc de triomphe, dynamités en 2015. Des trésors à jamais perdus ? Dans le monde, la communauté scientifique, très émue, s’est mobilisée, et plusieurs projets de reconstitution numérique du site ont été lancés.

En France, c’est la start-up Iconem qui planche sur une modélisation de la cité de Palmyre toute entière. Yves Ubelmann, architecte-archéologue, et fondateur de la société — avec Philippe Barthelemy, pilote d’hélicoptère —, était sur les lieux quelques jours après le départ des djihadistes: « On peut aujourd’hui envisager une restauration et le remontage des blocs qui sont au sol. Nos relevés peuvent aider à préparer ce travail », assure Yves Ubelmann.

Iconem s’est spécialisée dans la sauvegarde virtuelle de sites archéologiques grâce à une technologie innovante qui permet de réaliser des copies 3D hyper-réalistes d’environnements réels. Avec deux atouts essentiels: une précision au millimètre près et un dispositif de relevé léger adapté aux zones sensibles, grâce à des drones qui survolent des sites menacés de destruction dans le monde entier, de Haïti à Pompéi.

Une base de données des monuments syriens

Depuis trois ans, le programme « Syrian Heritage » (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Peinture : « La Leçon d'anatomie du docteur Tulp » de Rembrandt, une œuvre crédible ?
Révélation : il y avait des bordels dans les monastères !
Les super-héros vieillissent-ils mieux que nous ?
Appel à manuscrit pour le Prix du suspense psychologique 2023
Les secrets du jardin japonais