Impossible de descendre en un mois à 5 000 contaminations par jour, selon Delfraissy

·2 min de lecture

Le président du Conseil scientifique a assuré jeudi matin que la décision du nouveau confinement en France était "ajustée à la situation sanitaire", mais que le nombre de contaminations ne pourrait pas descendre à 5 000 par jour d'ici le 1er décembre.

Le reconfinement annoncé mercredi soir par le président Emmanuel Macron était une décision "adaptée à la situation sanitaire", mais qui ne permettra pas de faire baisser les contaminations quotidiennes à 5 000 d'ici au 1er décembre, a affirmé, jeudi 29 octobre, le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy.

"Je note que cette décision est rapide, qu'elle est ajustée à la situation sanitaire, a-t-il jugé sur France Inter. C'est une décision forte, que nous souhaitions au Conseil scientifique, et elle est rapide."

>> À lire : "Covid-19 : Jean Castex va préciser les mesures pour une France reconfinée"

En revanche, Jean-François Delfraissy estime que les mesures qui entreront en vigueur vendredi ne permettront pas, en seulement un mois, de faire baisser drastiquement le nombre de contaminations quotidiennes, alors que 36 437 nouveaux cas ont été enregistrés lors des dernières 24 heures.

"Au 1er décembre, nous ne serons pas à 5 000 contaminations par jour. Je peux vous le dire d'emblée aujourd'hui. Il va falloir plus de temps", a-t-il affirmé.

Selon lui, le scénario le plus probable est que le confinement s'achève par un couvre-feu qui resterait en place pendant les fêtes de fin d'année.

"Le scénario est plutôt d'avoir un confinement de ce type pendant un mois, de regarder les indicateurs (...) et de sortir du confinement avec un couvre-feu", qui resterait en place jusqu'à "début janvier", a-t-il avancé.

"Nous allons avoir 15 jours à trois semaines extrêmement difficiles"

Interrogé sur la façon dont les Français pourront fêter Noël, il a précisé que "les fêtes de fin d'année seront différentes, elles se feront en petit comité et probablement sous le couvre-feu".

Le président du Conseil scientifique a d'ailleurs insisté sur le fait qu'"une majorité de contaminations se fait en intrafamilial" et qu'il était "fondamental" de protéger "les anciens, les plus fragiles, les plus précaires".

>> À lire : "Reconfinement : les annonces d'Emmanuel Macron"

Dans l'immédiat, Jean-François Delfraissy s'attend à une situation "extrêmement difficile" pour le système hospitalier. "Nous allons avoir 15 jours à trois semaines extrêmement difficiles pour le système de soins, ça va être vrai dans plusieurs régions de France, nous l'avions prévu au niveau du Conseil scientifique depuis maintenant plusieurs semaines", a-t-il déclaré.

Une situation tendue liée notamment à plusieurs facteurs, dont le fait que l'épidémie touche cette fois "l'ensemble du territoire", et que les hôpitaux doivent continuer à prendre en charge les personnes souffrant de pathologies urgentes autres que le Covid-19, a-t-il expliqué.

Avec AFP

Ce contenu peut également vous intéresser :