Instaurer le double nom de famille à la naissance, le combat du collectif "Porte mon nom"

·Journaliste, Le HuffPost
·2 min de lecture

      

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le collectif "Porte mon nom" milite pour une automatisation du double-nom pour les enfants et pour une simplification des démarches pour ajouter un des deux noms.

FAMILLE - “Quand on fait un enfant, on ne prévoit pas de se séparer. On ne conçoit pas, en tant que maman, de devoir justifier de son statut, on ne l’imagine pas”, témoigne Marine Gatineau Dupré. Co-fondatrice du collectif “Porte mon nom”, elle milite pour que la loi soit modifiée et favorise le double-nom des enfants.

Le collectif travaille à l’élaboration d’un décret “relatif à la dévolution du nom de famille en France”, rédigé en collaboration avec un député de la majorité, qui devrait être présenté prochainement au gouvernement.

Concernant le nom en filiation (qui inscrit la filiation à l’état civil), le décret, consulté par Le HuffPost, instaurerait une automatisation du double-nom à la naissance, la possibilité d’ajouter son nom de filiation à celui du premier parent sans condition en cas de séparation et la possibilité pour l’enfant à 18 ans de choisir un nom ou les deux.

Pour le nom d’usage (utilisé pour les démarches administratives, mais non transmissible), le collectif demande à ce que le parent qui ne porte pas le même nom puisse ajouter son nom à celui de l’enfant sans autorisation de l’autre parent, s’il/elle le souhaite.

“Patriarcat patronymique”

Car dans la grande majorité des cas, à la naissance, c’est le nom du père, uniquement, qui est transmis à l’enfant. Selon les chiffres de l’INSEE, sur les 753.383 enfants nés en 2019 en France, 613.377 ont pris le nom de leur père. Soit 81,4% (voir le tableau ci-dessous).

Si de moins en moins de femmes prennent le nom de leur mari, la tradition du nom du père pour l’enfant perdure. Une tradition...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Ce contenu peut également vous intéresser :