Important coup de filet dans le « grand banditisme azuréen »

Source AFP
·1 min de lecture
Une voiture de police à Nantes, en février 2020. (Photo d'illustration)
Une voiture de police à Nantes, en février 2020. (Photo d'illustration)

Le 16 novembre, les forces de l'ordre ont procédé à de multiples arrestations au sein du « grand banditisme azuréen », procédant ainsi au démantèlement d'une « organisation criminelle » spécialisée dans le « racket », a indiqué mardi, le parquet de Marseille. Neuf personnes ont ainsi été mises en examen. Après le placement sous mandat de dépôt de six personnes, une septième a été écrouée, a précisé le parquet mardi soir. Les deux dernières personnes mises en examen ont été laissées libre sous contrôle judiciaire. Le parquet a fait appel de cette décision dans l'un des cas.

Deux autres personnes enfin ont été placées sous statut de témoin assisté et deux autres, écrouées en Espagne, sont sous le coup d'un mandat d'arrêt européen, a précisé la procureure de la République de Marseille, Dominique Laurens, dans un communiqué. C'est l'une de ces deux personnes interpellées en Espagne qui serait « le chef de cette association de malfaiteurs », selon le parquet de Marseille, dans un précédent communiqué faisant le point sur une enquête ouverte il y a plus d'un an.

Au total, 35 personnes en garde à vue

De même, « l'ensemble des hommes de main qui agissaient sur ses instructions » avait été interpellé, dans les Alpes-Maritimes, les Alpes-de-Haute-Provence ou le Var, mais aussi en Haute-Corse et dans l'Oise. Au total, 35 personnes ont été placées en gardes à vue dans le cadre de cette enquête ouverte notamment pour « association de malfaiteurs, tenue de maison de jeux d [...] Lire la suite