Quel impact le racisme ordinaire a-t-il sur la santé mentale des victimes ?

Brut.
·1 min de lecture

""Vendeuse de marrons", "Vendeuse de maïs chaud", "Tu pues le curry", "Il est où ton sniper sur le front ?", que des trucs comme ça et tout au long de mon enfance, tout au long de mon adolescence, tout au long de ma vie de jeune adulte, j'ai toujours eu ces remarques-là", témoigne Denisy. Comme elle, Fily, Amal et Lou sont victimes de racisme ordinaire au quotidien. Fily raconte la fois où elle a entendu que les femmes noires auraient recours à la violence lorsqu'elles ne sont pas d'accord avec quelque chose. Amal, elle, relate ces fois où on l'a associée à des plats comme le couscous ou le tajine.

Des conséquences sur la santé mentale

Pour Racky Ka, psychologue spécialiste des conséquences du racisme sur la santé mentale, appeler cela des "petites agressions" ou du "racisme ordinaire" comporte un risque de minimisation. "Les conséquences de cet harcèlement discriminatoire, c'est simple, c'est des choses comme la dépression, comme de l'anxiété, c'est-à-dire où quand vous êtes dans une situation où vous ne pouvez pas agir ou quand vous essayez d'agir et que vous faites face à du déni, vous vous sentez totalement impuissant en fait", explique-t-elle. Lou, par exemple, reconnaît (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi