Quel est l'impact du confinement sur les enfants ? Une étude cherche des volontaires

Quel est l'impact du confinement sur les enfants ? Une étude cherche des volontaires

Le CHU de Toulouse recherche des enfants de 8 à 15 ans et leurs parents pour mener une vaste étude. L’objectif ? Percevoir les effets du confinement sur les plus jeunes.

Leur quotidien a été bousculé du jour au lendemain. Pendant plusieurs semaines, les enfants ont dû, malgré eux, éviter tout contact physique avec leurs copains. Pas évident, lorsque l’on sait, qu’à cet âge-là, l’épanouissement personnel passe également par le lien social. Comment les 8-15 ans ont vécu le confinement ? Quel a été l’impact sur leur “santé mentale” ?  Pour le savoir, des chercheurs toulousains lancent une étude intitulée E-Coccon. Entre 500 et 1000 enfants et leurs parents seront invités, dans les prochaines semaines, à répondre à un questionnaire, d’une vingtaine de minutes. Treize questions qui porteront sur le sommeil, l’alimentation et le comportement des plus jeunes. Une grille pour déterminer le niveau de stress sera également utilisée comme base de travail.

Le CHU cherche des volontaires, issus de toutes les classes sociales, vivant en appartements et en maisons. “Il y  a déjà eu des études menées dans le monde sur des enfants mis en quarantaine après une catastrophe météorologique par exemple. Elles ont montré que les enfants avaient quatre fois plus de risque de développer des pathologies liées au stress. On aimerait savoir si ça se vérifie avec la période de confinement que nous venons de vivre”, explique le professeur Isabelle Claudet, pédiatre et cheffe du Pôle enfant de l’hôpital à Actu Toulouse.

Détecter des troubles

L’objectif de cette étude vise à détecter des signes précurseurs de stress post-traumatique : trouble du sommeil, de l’alimentation, problèmes de comportement comme de l’agressivité, troubles de la concentration, développement de phobies. “Certains l’ont (le confinement NDLR.) plus mal vécu que d’autres. Cette étude nous permettra d’avoir des données plus précises. Et surtout d’orienter vers des professionnels ceux qui ont besoin d’un suivi psychologique”, poursuit la scientifique à France 3. L’anonymat est garanti. “Nous souhaitons aller vite, si possible ces deux prochaines semaines, car avec le déconfinement, les enfants risquent d'oublier comment ils se sentaient pendant ce confinement”, précise la chef du Pôle enfants du CHU de Toulouse, à France 3. Une étude qui devrait être particulièrement instructive…

Les familles qui souhaitent participer à l’étude E-Coccon sont invitées à téléphoner au 05 34 55 86 73, du lundi au vendredi.