Impôts: Que risquez-vous si vous ne déclarez pas vos revenus avant la date butoir

(photo d'illustration (Photo: Michel GILE via Getty Images)
(photo d'illustration (Photo: Michel GILE via Getty Images)

(photo d'illustration (Photo: Michel GILE via Getty Images)

IMPÔTS - Avis aux retardataires et autres procrastineurs, la date limite pour la déclaration en ligne approche. Ce mercredi 8 juin à minuit, il sera déjà trop tard pour déclarer vos impôts dans la zone 3, concernant les départements français numérotés de 55 à 976. Pour la version papier, il est déjà trop tard depuis le 31 mai. En cas d’oubli, les contribuables retardataires seront soumis à un certain nombre de pénalités.

Les pénalités en vigueur

Pour un retard équivalent à moins de 30 jours après la date butoir, une majoration de 10% de l’impôt sur le revenu sera appliquée, selon la législation en vigueur. Mais attention, en cas de mise en demeure, cette majoration double pour atteindre 20%.

Une fois la période de 30 jours dépassée, la majoration double encore pour atteindre 40%. Dans ce cas, le contribuable coupable d’un tel retard se verra également dépossédé de ses droits aux dispositifs de défiscalisation. Pour les cas les plus sévères, la majoration peut atteindre jusqu’à 80% en cas d’activité occulte dévoilée par le fisc.

Par ailleurs, un rappel important s’impose pour les Français sans revenus ou non-imposables: la déclaration reste obligatoire, sous peine de se voir attribuer une amende de 150 euros.

Les erreurs modifiables d’août à décembre 

Si la déclaration d’impôts 2022 a été remplie dans les temps, il est toujours possible de la modifier sans limite jusqu’à l’heure fatidique évoquée plus tôt. À ce titre, si une erreur subsiste une fois le 8 juin passé, il est encore possible d’appliquer une modification grâce au service de correction en ligne mis à disposition sur le site internet des services des impôts.

Il faudra pour cela attendre la réception de l’avis d’imposition fin juillet pour accéder dès le mois d’août au service de correction. Ce dernier restera ouvert jusqu’au mois de décembre 2022.

Concernant ces modifications, il faut avoir à l’esprit que des changements ont été apportés cette année. La première de ces mesures concerne le barème kilométrique, qui permet aux ménages imposés de déduire comme frais professionnels une partie de leurs dépenses en carburants. Face à la récente flambée des prix de l’essence et du gazole, le gouvernement a décidé de revaloriser de 10% ce barème.

Le forfait télétravail a également été reconduit cette année et permet de déduire certains frais liés au travail à la maison. À cela s’ajoute également un crédit d’impôt pour les bornes de recharges des voitures électriques. Pour en bénéficier, rendez-vous aux cases 7ZQ et suivante de la déclaration d’impôts.

Pour connaître l’ensemble des détails sur ces nouvelles mesures applicables sur votre fiche d’imposition, toutes les informations sont disponibles dans cet article du HuffPost dédié à la question.

À voir également sur Le HuffPost: Le barème kilométrique augmenté de 10%, annonce Jean Castex

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles