Impôt minimum à 21% pour les multinationales : une proposition difficile à mettre en place

C’est une des annonces phare du début de mandat de Joe Biden à la tête des États-Unis. Le président américain veut instaurer un impôt minimum de 21% pour les multinationales. Un projet dont il "faut voir s’il survit déjà au Congrès, puis après il va y avoir des discussions au sein de l’OCDE où là, peut-être qu’on finira à 15%. Mais même à 15%, ce serait une avancée majeure par rapport aux paradis fiscaux. Et puis après, il va y avoir une discussion très dure entre les États-Unis et les Européens sur qui récupère la manne fiscale ? Comment on se la répartit ?", décrypte Etienne Lefebvre, rédacteur en chef aux Échos et invité du 23 heures de Franceinfo mardi 27 avril. Un impôt important Pour Christophe Rameux, membre des Économistes atterrés, il est important que l’impôt sur les bénéfices des sociétés "ne soit pas ridiculement faible parce que sinon le risque, c’est que ça grippe le système fiscal dans son entier. Si vous avez un impôt sur les sociétés très faible, c’est qu’y compris pour les chefs d’entreprise, vous faites passer vos revenus personnels sur les revenus de l’entreprise pour échapper à l’impôt sur le revenu des personnes."