Immobilier : de nombreuses locations proposées sont illégales

40% d’annonces immobilières illégales à Paris : tel est le chiffre qui ressort d’une récente étude de l’association CLCV (Consommation Logement Cadre de vie). Dans la capitale, l’encadrement des loyers a bien du mal à se faire respecter. En agence ou sur Internet, quelques clics suffisent pour trouver des annonces qui ne respectent pas la loi. C’est le cas par exemple d’un meublé de 10 m2 dans le centre. Il est affiché à 690 euros par mois, soit 200 euros au-dessus de la limite. Les locataires sont perdants Même chose pour un petit studio du 15e arrondissement dont le loyer est trop élevé de 36 euros. "En moyenne, ça fait un chiffre de 1 500 euros par an déboursés à tort par les locataires et, parfois, dans certains cas particuliers, nous arrivons jusqu’à 6 000 euros", juge Jean-Luc Mano, le président de la CLCV.