Immigration : ces secteurs d'activité qui ne fonctionnent pas sans travailleurs clandestins

© MAGALI COHEN / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Créer un titre de séjour spécifique à destination des travailleurs irréguliers exerçant dans un secteur manquant de main-d'œuvre, c'est l'un des volets du projet de loi immigration défendu par Gérald Darmanin . Le ministre de l'Intérieur veut permettre aux travailleurs étrangers en situation irrégulière de demander eux-mêmes leurs papiers d'identité alors que, jusqu'ici, c'est l'employeur qui doit réaliser ces démarches. En France, il y aurait 700.000 clandestins selon Gérald Darmanin. Cependant, les ministères de l'Intérieur et du Travail n'ont aucun chiffre concernant ceux qui travaillent.

>> LIRE AUSSI - Immigration : ce que contient le nouveau projet de loi promu par Darmanin

Plus d'un million d'immigrés réguliers ou clandestins travaillent en Ile de France

Les métiers sous tension, en quête de main-d'œuvre peu qualifiée semblent être ceux qui recrutent le plus de clandestins comme le confirme l'ancien préfet Patrick Stefanini, spécialiste de l'immigration. "Cela concerne tout le secteur du nettoyage, l'aide à domicile, le bâtiment et l'hôtellerie restauration." Mais le métier qui est très régulièrement pointé du doigt lorsque l'on parle de travail clandestin est la livraison de repas.

Selon Jérôme Pimot, fondateur du Collectif des livreurs Autonomes de Paris, les plateformes sont incapables de se passer des clandestins. "On est autour de 100.000 personnes, et sur celles-ci, plus de la moitié des livreurs sont sans papiers. Sans les travailleurs clandestins, les p...


Lire la suite sur Europe1