Immigration : Macron annonce un projet de loi pour début 2023 face à une «politique absurde»

© Ludovic MARIN / POOL / AFP

Un projet de loi sur l'asile sera déposé "dès début 2023", a annoncé le président Emmanuel Macron ce jeudi, pour faire face à une "politique absurde" qui est à la fois "inefficace et inhumaine". "Nous devons réformer nos procédures pour pouvoir aller beaucoup plus vite et c'est indispensable", a ajouté le chef de l'État.

Emmanuel Macron a annoncé jeudi qu'un projet de loi sur l'asile serait déposé "dès début 2023" face à une "politique absurde" qui est à la fois "inefficace et inhumaine". "Un projet de loi relatif à l'asile, donc à l'immigration dans la République, sera déposé dès début 2023", a déclaré le chef de l'Etat devant les préfets. "Notre politique, aujourd'hui est absurde" car elle "consiste à mettre des femmes et des hommes qui arrivent, qui sont dans la plus grande misère" dans les quartiers les plus pauvres, a-t-il souligné.

>> LIRE AUSSI - Migrants : Emmanuel Macron veut réformer Schengen

Cette politique "est tout à la fois inefficace et inhumaine, inefficace parce que nous nous retrouvons avec plus d'étrangers en situation irrégulière que nombre de nos voisins, inhumaine parce que cette pression fait qu'on les accueille trop souvent mal", a-t-il constaté. "Nous devons réformer nos procédures pour pouvoir aller beaucoup plus vite et c'est indispensable. Il faut préserver les droits fondamentaux de toute personne mais il faut pouvoir aller beaucoup plus vite, avant toute chose, pour lutter contre toutes les pratiques dilatoires", a-t-il dit.

Une meilleure répartition des étrangers accueillis

Il faut "différencier les procédures", "accélérer leur instruction" et "intégrer beaucoup plus vite et beaucoup mieux celles et ceux qui ont même un titre provisoire par la langue et par le travail", a relevé le chef de l'Etat. Il a plaidé pour une meilleure répartition des étranger...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Réforme des retraites: "Pour l'exécutif, il s'agit de préparer les esprits à 'un moment douloureux' avec une réforme 'qui ne fait plaisir à personne"