Immigration: quand les LR font du copier-coller de Marine Le Pen

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Le parti Les Républicains réunit plusieurs candidats potentiels de la droite à l'élection présidentielle, sans Xavier Bertrand, pour tenter de s'entendre en amont du scrutin - bertrand GUAY © 2019 AFP
Le parti Les Républicains réunit plusieurs candidats potentiels de la droite à l'élection présidentielle, sans Xavier Bertrand, pour tenter de s'entendre en amont du scrutin - bertrand GUAY © 2019 AFP

Alors que la campagne interne à droite en vue d'une éventuelle primaire accélère, les candidats rivalisent de propositions autour du contrôle de l'immigration.

Un sujet classique chez Les Républicains qui prend cette année une actualité particulière avec la chute de Kaboul et les propos d'Emmanuel Macron qui s'inquiétait de "flux migratoires irréguliers" mi-août.

Chaque candidat à la désignation, du plus modéré à l'instar de Michel Barnier à celui qui se revendique de la droite dure comme Eric Ciotti y va de son antienne - souvent directement inspirée des propositions de Marine Le Pen.

Un phénomène qui s'explique probablement par la porosité de plus en plus forte entre l'électorat du Rassemblement national et celui des Républicains d'après une étude de la Fondation Jean-Jaurès.

Des propositions parfois jumelles à celles de Marine Le Pen

Favorite des primaires, Valérie Pécresse a ainsi déclaré que "la place d'un clandestin, c'est dans un charter pour retourner chez lui" en meeting à Brives-la-Gaillarde (Corrèze) le week-end dernier.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Des propos tenus mot pour mot par Marine Le Pen sur France Info en avril 2019.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Autre exemple, l'entretien de Xavier Bertrand dans Le Figaro en juillet dernier. Le patron de la région Hauts-de-France qui ne souhaite pas pour l'instant participer à une probable primaire, y dénonce le "laxisme migratoire" de la France. Une expression déjà utilisée par la dirigeante du Rassemblement national.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Eric Ciotti, tenant de la droite dure, propose, quant à lui un référendum sur l'immigration le jour des législatives. Marine Le Pen a défendu la même proposition sur BFMTV en mars dernier.

Même chez les centristes des LR

Même Michel Barnier à l'image pourtant modérée s'engage sur ce terrain. L'ancien négociateur en chef de l'Union européenne pendant le Brexit propose dans une tribune un "moratoire sur l'immigration"- trois mois à peine après Marine Le Pen sur France Info.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Pour le moment, cinq personnalités sont officiellement candidates à cette primaire, Valérie Pécresse, Michel Barnier, Eric Ciotti, Philippe Juvin et Denis Payre. Un mode de désignation que rejette Xavier Bertrand, parmi les favoris dans les sondages.

Si le chef de file du mouvement, Christian Jacob, ne montre que peu d'enthousiasme face à la possibilité de cette primaire, une réflexion a été demandée à Jean Leonetti, ancien député et maire d'Antibes, afin de définir les modalités de la primaire.

Le mouvement Les Républicains doit trancher sur l'organisation ou non d'une primaire lors d'un congrès, le 25 septembre, avec pour but de désigner son candidat fin novembre.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles