Immigration: Gérald Darmanin annonce "20% d'expulsions en plus sur un an"

Immigration: Gérald Darmanin annonce "20% d'expulsions en plus sur un an"
Gérald Darmanin dans la salle des Quatre colonnes de l'Assemblée nationale ce mercredi. - BFMTV
Gérald Darmanin dans la salle des Quatre colonnes de l'Assemblée nationale ce mercredi. - BFMTV

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, interrogé sur les contours du projet de loi immigration dans la salle des Quatre colonnes de l'Assemblée nationale ce mercredi, s'est défendu de tout laxisme sur la question migratoire. Il a fait savoir que "20% d'expulsions" de personnes en situation irrégulière avaient eu lieu en France "par rapport à l'année dernière".

"Je tiens à dire que nous sommes à 20% d'expulsions supplémentaires cette année, par rapport à l'année dernière, alors que nous sommes au mois de novembre", a déclaré le ministre face à la presse. "Alors ce n'est évidemment pas parfait mais nous avons des relations franches avec ces pays et je suis certain que nous pouvons atteindre les 100% demandés par le président de la République".

"Le texte le plus ferme"

Dans un entretien au Monde ce mercredi, le ministre de l'Intérieur et son collègue du Travail Olivier Dussopt évoquent une nouvelle piste en vue du prochain projet de loi immigration. Ils souhaitent créer un titre de séjour spécifique à destination des travailleurs irréguliers exerçant dans un secteur manquant de main-d'oeuvre.

Gérald Darmanin a précisé qu'il mettait le projet de loi "en concertation", puis a défendu un texte "le plus ferme" possible.

"Il faut une intégration par le travail (...) et mettre fin au travail au noir. Il faut une immigration pragmatique, réviser la liste des métiers en tension (...) car des domaines ont des besoins", a-t-il continué, précisant qu'il souhaite "mettre en place un examen de français obligatoire".

"Nous ne devons pas accepter que quelqu'un reste dans notre pays s'il n'en respecte pas les règles", a encore ajouté le ministre de l'Intérieur, qui a aussi promis de "demander à tous les agents (...) d'exécuter toutes les OQTF en cours". Et de lancer: "S'il n'y avait pas de problème d'immigration en France, il n'y aurait plus de 'Front national' (l'ex-Rassemblement national, NDLR)".

Article original publié sur BFMTV.com