Immigration. La France réticente à rouvrir tous ses postes-frontières avec l'Espagne

·1 min de lecture

Le ministère des Affaires étrangères espagnol invite son homologue français à rouvrir onze passages pyrénéens séparant les deux pays et fermés depuis janvier. Mais Paris craint l’arrivée d’une vague de migrants irréguliers, à six mois de la présidentielle, observe le site d’information El Confidencial.

Certains postes-frontières séparant la France de l’Espagne ne sont toujours pas rouverts. En janvier dernier, le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, avait ordonné la fermeture de plusieurs passages pyrénéens pour lutter contre “la menace terroriste”, contre la contrebande et le trafic de drogues, ainsi que contre l’immigration clandestine, pour reprendre les termes du chef de l’État, Emmanuel Macron.

Il y a quelques jours, en octobre, le ministre des Affaires étrangères espagnol, le socialiste José Manuel Albares, a tenté de convaincre son homologue français, Jean-Yves Le Drian, de rouvrir “onze routes secondaires reliant les deux pays”, révèle le site d’information El Confidencial, de tendance libérale conservatrice.

À lire aussi: Espagne. À Irún, à la frontière franco-espagnole, la nouvelle et périlleuse route des migrants

Jusqu’à présent, les autorités françaises n’ont rouvert que cinq postes-frontières sur les seize initialement fermés. Cinq points de passage restent encore fermés dans les Pyrénées-Atlantiques (face au Pays basque espagnol), quatre dans les Pyrénées-Orientales (face à la Catalogne), un dans les Hautes-Pyrénées et un en Haute-Garonne (frontaliers avec l’Aragon).

“Il s’agit de postes où les contrôles de police n’étaient que très sporadiques, alors que, depuis novembre 2020, les forces de

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles