Immigration: entre expulsions et intégration, la France vante la recherche d'«équilibre»

REUTERS - BENOIT TESSIER

Le gouvernement veut inscrire les immigrés menacés d'expulsion au fichier des personnes recherchées, indique le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, dans une interview publiée mardi 2 novembre dans le journal Le Monde, dans laquelle il détaille les principales mesures de sa future loi sur l'immigration.

Le nouveau projet de loi sur l'immigration, prévu au premier semestre 2023, doit introduire une série de mesures pour rendre les « obligations de quitter le territoire français» (OQTF) plus efficaces. Un sujet qui occupe le débat public depuis le meurtre d'une jeune fille de 12 ans, Lola, tuée mi-octobre par une ressortissante algérienne sous le coup d'une OQTF. « Nous allons désormais inscrire toutes les OQTF au fichier des personnes recherchées. Il ne s'agit pas de rétablir le délit de séjour irrégulier, mais de pouvoir constater que la personne repart (...) et ainsi de compter tous les départs d'étrangers », a expliqué au quotidien le ministre de l'Intérieur, dont le gouvernement est critiqué, notamment à l'extrême droite, pour le faible taux d'exécution de ces mesures.

« Être méchants avec les méchants et gentils avec les gentils »

À lire aussi: France: une enquête fait le point sur l'emploi de la main d'oeuvre immigrée en Ile-de-France

(Avec AFP)


Lire la suite sur RFI