Biélorussie : réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU jeudi

·1 min de lecture
Alexander Loukachenko, président de la Biélorussie, et son ministre des Affaires étrangères, Vladimir Makeï. 
Alexander Loukachenko, président de la Biélorussie, et son ministre des Affaires étrangères, Vladimir Makeï.

Les tensions au sujet de la crise migratoire, à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, se poursuivent. Selon l?Otan, c?est Loukachenko, le président biélorusse, qui alimente lui-même ce conflit, enfreignant le droit international. La Biélorussie a riposté, mercredi 10 novembre, en accusant à son tour l?Occident d?orchestrer la crise migratoire en cours à la frontière polonaise, où des milliers de migrants souhaitant se rendre dans l?Union européenne sont bloqués.

« En vue d?une cinquième série de sanctions, dont ils parlent déjà à l?Ouest, le prétexte utilisé cette fois est la crise migratoire provoquée par l?UE et ses membres frontaliers de la Biélorussie », a déclaré le chef de la diplomatie biélorusse Vladimir Makeï, lors d?une rencontre avec son homologue russe à Moscou. Vladimir Makeï a dit espérer un « travail renforcé » avec la Russie, son principal allié, notamment « une réaction commune » face « aux actes inamicaux » visant la Biélorussie.

La Pologne dénonce un « terrorisme d?État »

De son côté l?ONU dénonce une « situation intolérable », a déclaré mercredi la haute-commissaire de l?ONU aux droits de l?homme, Michelle Bachelet, réclamant un accès humanitaire « immédiat ». « J?exhorte les États concernés à prendre des mesures immédiates pour désamorcer et résoudre cette situation intolérable conformément aux obligations qui leur incombent en vertu du droit international des droits humains et du droit des réfugiés », a déclaré Michelle Bachel [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles