Immeubles effondrés à Marseille : trois ans après, tout reste à faire selon les associations

·1 min de lecture

C'est un triste événement qu'a célébré Marseille ce vendredi. Il y a trois ans, l'effondrement de deux immeubles de la rue d'Aubagne faisait huit morts dans la cité phocéenne, où l'émotion est toujours présente. La cérémonie s'est déroulée au pied de la "dent creuse", là où se tenaient les immeubles, avec beaucoup de retenue et de dignité. La foule a observé huit minutes de silence, en présence des familles des victimes, qui portaient les portraits de leurs proches disparus en scandant leurs noms à plusieurs reprises.

>> LIRE AUSSI - Marseille : trois ans après le drame, les stigmates toujours présents de la rue d'Aubagne

"De la colère et de la tristesse"

Mais les années ont beau passer, la douleur reste toujours aussi vive, comme témoigne Zohra Boukenouche, membre du "Collectif du 5 novembre", une association qui combat le mal-logement et la pauvreté à Marseille : "Trois ans après, c'est toujours de la colère et de la tristesse. Huit personnes sont quand même mortes sous les décombres. Quand on est dans son logement, on est censé être serein et là, le logement a été la tombe de ces personnes. Il y a quelques avancées, mais pas assez."

>> LIRE AUSSI - Macron à Marseille : "On attend de l'État des décisions", rappelle le maire Benoît Payan

Le drame avait mis au jour les problèmes liés aux logements insalubres à Marseille. Mais trois ans après la catastrophe, tout reste à faire selon les associations locales. "Les choses avancent beaucoup trop lentement. Le rapport ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles