Immeubles effondrés à Marseille : "Les responsabilités sont collectives, personne n'est en train de se dédouaner", assure l'adjointe au logement

franceinfo
Alors que la mairie est pointée du doigt par les habitants, Arlette Fructus estime que "personne n'est en train de se dédouaner", mais que les élus sont "muselés dans des procédures".

"Les responsabilités sont collectives, personne n'est en train de se dédouaner", déclare l'adjointe au maire de Marseille chargée du logement, de la politique de la ville et de la rénovation urbaine, Arlette Fructus, mercredi 7 novembre sur franceinfo, alors que l'effondrement de trois immeubles lundi 5 novembre dans la rue d'Aubagne a fait au moins six morts. L'adjointe rappelle que les interventions "sont contraintes et encadrées par la loi, qui nous a muselés dans des procédures".

franceinfo : Un immeuble de la rue Pythéas a été évacué mercredi 7 novembre à Marseille, les secours craignent un "effet domino" dans la rue d'Aubagne. Les habitants vous font-ils remonter leurs inquiétudes ?

Arlette Fructus : Les retours que nous avons, c'est que les habitants sont inquiets. Ce sont plus des appels de signalement qui mobilisent maintenant nos équipes de secours pour aller vérifier sur place si effectivement il y a des dangers. On est un peu dans un état d'esprit de psychose donc il faudrait quand même apaiser tout le monde. On est dans une ville de 860 000 habitants, la deuxième ville de France, c'est deux fois et demie la superficie de Paris. On a un habitat ancien avec des constructions tout à fait particulières puisque ce ne sont pas des constructions bétonnées. Cet habitat ancien est fragilisé et nous sommes évidemment particulièrement conscients de la situation. Nous sommes sur de l'habitat privé sur lequel les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi