Immeuble effondré en Floride : un faible espoir et des questions

·1 min de lecture
159 personnes restaient portées disparues samedi à Miami.

L'espoir de retrouver des survivants parmi les 159 disparus s'amenuise à Miami, tandis que les questions sur l'origine de la catastrophe se font pressantes.

Les sauveteurs américains se battent contre le temps et les éléments. Les recherches acharnées de survivants à l'effondrement spectaculaire d'un immeuble résidentiel près de Miami se poursuivaient dans la nuit vendredi 25 à samedi 26 juin, sans apporter pour l'instant de résultat, faisant craindre un bilan catastrophique. Au moins quatre personnes ont trouvé la mort dans ce désastre pour l'heure inexpliqué, survenu jeudi 24 avant l'aube.

L'une d'entre elles a été identifiée, rapportaient vendredi des médias américains. Il s'agit de Stacie Fang, la mère d'un garçon de 15 ans sauvé des gravats jeudi matin. Transportée à l'hôpital, elle n'a pas survécu, selon le Miami Herald. Des corps ont été évacués dans des housses mortuaires jaunes et transportés pour que la police puisse confirmer leur identité et informer les familles. Mais les autorités sont toujours sans nouvelles de 159 personnes, et ce malgré les efforts sans relâche de secouristes pour retrouver d'éventuels survivants dans les décombres.

« Malheureusement, les chiffres sont les mêmes que ce matin », a indiqué lors d'une conférence de presse Daniella Levine Cava, la maire du comté de Miami-Dade. « Nous n'avons retrouvé personne d'autre dans les fouilles d'aujourd'hui, mais nous allons poursuivre les recherches ce soir et si Dieu le veut, il y aura de bonnes nouvelles plus tard dans la nuit ou demain matin », a-t-elle déclaré.

Pluie, incendie

Pompiers, unités cynophiles et grues s'activaient encore vendr [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles